Démocratiser l’éducation civique

L’un des objectifs de l’OveHum International est de trouver des organisations qui suivent la philosophie de soutenir les enfants et les adolescents. La Convention Internationale sur les Droits de l’Enfant nous rappelle que toutes les personnes de moins de 18 ans sont des citoyens à part entière. Nous rappelons les articles sur la Citoyenneté mondiale de l’UNESCO, ainsi que la Citoyenneté mondiale: une proposition de classe en ligne que nous avons publiée plus tôt sur l’éducation à la citoyenneté, car il nous semble important que dans les écoles que nous enseignons, non seulement d’être un « bon « Citoyen, mais une autre série de valeurs selon cette fonction sociale. Cette fois, nous aimerions accueillir Farzana S. Islam et Kate Morrison, les réalisateurs de Active Citizen Europe, qui visent à favoriser l’intégration des enfants au sein de la société, grâce à des programmes novateurs et participatifs, et de présenter un exposé écrit spécifiquement sur la démocratisation de l’éducation à la citoyenneté.

——————————————–

Quel est l’objectif de l’Education civique ?

Martha Nussbaum, Professeur de Droit et Étique à l’Université de Chicago, a affirmé que les ingrédients clés de la citoyenneté au sein d’une démocratie se trouvent dans l’accès à une éducation libérale qui met l’accent sur le développement de l’esprit critique et de la créativité et qui ne cantonne pas l’éducation à la fabrication de « machines techniques » pour le marché mondial.

Les bienfaits de ce type d’éducation sont les meilleurs, défend l’éducateur John Dewey, quand on y offre un moyen d’enseigner les valeurs démocratiques au sens le plus large du terme, pas uniquement comme une forme de gouvernement, mais comme une manière d’être au sein d’une société. Une éducation civique démocratique devrait inclure l’apprentissage de l’aptitude à l’esprit critique en explorant les principes des droits universels y de la démocratie, ainsi que les droits conférés et obligations imposées par le fait d’appartenir à une société organisée, et également en développant un sens des responsabilités envers cette société et en cultivant un sentiment d’appartenance.

On peut faire valoir le fait qu’il n’y a pas de conflit entre un discours qui reconnaît le pluralisme ou des identités différentes et un discours qui met en avant des intérêts communs. Dans le domaine de l’éducation, l’intérêt de préserver la démocratie, la paix et les droits humains peut être vu comme passant par le développement de l’esprit critique, la capacité de prendre en considération de multiples points de vue et la volonté de s’engager et de promouvoir des actions de changement pour défendre ces principes. Comme le souligne l’UNESCO, « l’éducation civique doit être le forum qui entraîne et nourrit une véritable culture de la discussion« .

Il existe beaucoup de programmes qui encouragent directement ou indirectement le développement de l’esprit critique à travers l’éducation civique ou en encourageant les débats sur des sujets généraux d’actualité. Un bon exemple de cela est le très connu et prolifique (en particulier aux USA) Model United Nations (MUN) qui a précédé l’actuel ONU et qui remonte à l’époque de la Société des Nations.

A travers des simulations de débats sur des sujets internationaux et en suivant des règles de procédure, les étudiants sont capables d’explorer des politiques et des perspectives parfois autres que les leurs. Au sein de l’Europe, il existe également le Parlement Européen des Jeunes (PEJ) et le relativement récent Global Issues Network (GIN).

Ces deux intitutions donnent aux étudiants l’opportunité de, respectivement, participer à différents modèles de processus « politiques » transnationaux ou multiculturels, et discuter avec la société civile.

Toutefois, bien que les programmes tels que le MUN soient théoriquement ouverts à tous, il est évident, d’après l’existence de fondations comme LIMUN au Royaume-Uni dont le but est de rendre la participation possible et abordable pour tous, que beaucoup d’écoles et d’universités prenant part au MUN sont en général les écoles les mieux financées avec des étudiants plus favorisés financièrement. En effet, en Belgique, où se trouve notre siège, la participation au MUN est plus fréquente dans l’éducation supérieure que dans l’éducation secondaire, ce qui supprime l’accès de ce type d’éducation civique à un nombre d’étudiants encore plus important. Autrement dit, selon nous, on perd une opportunité essentielle de contribuer au développement d’idées et d’idéaux pendant les plus jeunes années, quand les opinions sont moins fixées.

Que devrait contenir un programme d’éducation civique démocratisé?

Au sein de notre organisation, Active Citizen Europe (ACE), nous promouvonsgrandstand-330930_640 la nécessité de programmes civiques qui soient intégrés à toutes les écoles et collectivités locales et qui commencent tôt, c’est-à-dire en mi-primaire/élémentaire. Ces programmes favorisent l’intégration et donnent à tous les enfants une voix et un moyen pour devenir des membres actifs de leur société. L’idée implicite est de donner aux enfants non seulement un forum mais aussi les outils et la confiance en soi pour être écoutés et entendus, pour s’écouter les uns les autres et pour développer des compétences civiques participatives. L’étude qualitative sur le type de programmes réduisant la marginalisation et s’attaquant même à la radicalisation, montre que donner aux enfants l’opportunité de s’impliquer activement dans des projets pour améliorer la société locale, régionale et même nationale, peut être plus efficace que les schémas plus traditionnels où l’on « enseigne » le civisme.

Qu’est-ce que cela signifie pour les professionnels de l’Education civique ?

Les programmes doivent faire en sorte de donner aux enfants un espace pour discuter des sujets, mondiaux ou locaux, dans un lieu sûr où leurs voix sont écoutées, où toutes les opinions sont en sécurité et où elles sont débattues dans un climat de respect mutuel. Nous conseillons à tous les professionnels de l’éducation civique d’aborder l’enseignement de la citoyenneté via des méthodes « d’apprentissage actif », promus par Active Citizen Europe :

  • Les programmes doivent s’intégrer dans le programme général de chaque école dès la primaire
  • Ils doivent promouvoir des liens positifs entre l’école et le reste de la collectivité
  • Tous les enfants doivent être encouragés à participer et à s’impliquer
  • Les professeurs doivent recevoir une formation afin d’être capables d’aborder des thèmes délicats et de rebondir sur les opinions agressives afin que le débat ne se ferme pas
  • Les enfants doivent, chaque fois que cela est possible, prendre des initiatives dans l’organisation de projets qui développent des compétences civiques telles que :
    • Planification : Identifier et étudier les « problèmes » locaux/de la collectivité, poser des questions pertinentes, élaborer un plan d’action, rechercher les meilleures solutions
    • Collaboration : Participer avec les autres élèves à des processus de prise de décisions, s’impliquer dans les procédures démocratiques, être à l’écoute de points de vue différents, trouver des solutions en équipe, des actions interculturelles
    • Analyse : Collecter des informations, tenir compte de la diversité des points de vue, identifier les problèmes ou sujets clés et les solutions possibles et déterminer celles qui seront optimales pour cette collectivité
    • Evaluation : Analyser les résultats, être capable de défendre ses actions et d’identifier de futurs plans d’actions, identifier les rôles individuels et d’équipe dans le succès d’un projet, analyser les points de succès et les points qui pourraient être améliorés
    • Communication : Apprendre différentes façons de communiquer efficacement, dans différents scénarios. Opportunités pour mettre en application cette aptitude dans le « monde réel »
    • Empathie cognitive : Développement de la compassion pour la différence, niveau supérieur de compréhension des différences que l’on voit et désir de comprendre et de se connecter avec la différence, pas uniquement de la tolérer; combiner compréhension intellectuelle et préoccupation

Démocratiser l’Education civique signifie que ces programmes devraient être disponibles pour tous, qu’ils devraient commencer dès le plus jeune âge et qu’ils devraient refléter les réalités locales et mondiales d’appartenance aux collectivités du 21ème siècle. Il est important que les générations du futur acquièrent des compétences en matière de débat, de négociation, de prise de parole et d’écoute, et qu’elles augmentent leur sentiment d’appartenance à la collectivité afin de sauvegarder la démocratie et promouvoir la paix.

AuthorsFarzana S. Islam & Kate Morrison, Directors at Active Citizen Europe logo

 

Add Comment