Excellence éducative et Éthique de la Sollicitude

Dans le post précédent, nous avons vu comment l’Éthique de la Sollicitude apporte une philosophie de valeurs qui contribuent à guérir notre Humanité. Maintenant, nous allons nous intéresser à la manière dont elle influence l’Excellence éducative, car pour apprendre à prendre soin, il est nécessaire non seulement de vivre l’expérience de prendre soin de quelqu’un, mais également celle de sentir que l’on prend soin de nous. Autrement dit, l’école ne peut pas former à la sollicitude si elle n’offre pas des espaces pour que les élèves et les enseignants prennent soin les uns des autres, et ce aussi bien entre eux qu’avec les autres membres de la communauté éducative.

Quel type de rapports de sollicitude a-t-on besoin de trouver dans la formation des citoyens qui pourraient prendre soin de façon compétente ?

L’objectif le plus important de l’école devrait être que les élèves se sentent aimés et qu’ils sentent que l’on répond à leurs besoins. Ces besoins sont inhérents au développement intégral d’une personne : besoins éducatifs, spirituels, émotionnels, sociaux et individuels. Ainsi, en plus d’améliorer leurs processus d’apprentissage, ils vont pouvoir devenir des personnes qui prennent soin les unes des autres et ils pourront développer leurs capacités tant intellectuelles qu’émotionnelles.

L’Excellence éducative est étroitement liée à ce que l’on vient d’énoncer puisqu’un excellent professionnel ne se contente pas de la médiocrité mais aspire à l’excellence en cherchant des opportunités pour évoluer. Dans ce cas, l’excellence éducative contribue au développement aussi bien de l’apprentissage académique et émotionnel que de l’enseignement académique et émotionnel. En effet, la profession d’enseignant se caractérise par le fait d’être une activité dans laquelle le corps professoral a la responsabilité de faciliter le développement de ses élèves dans toutes les dimensions de leur personnalité. Pour cela, l’engagement d’établir et de maintenir des relations de confiance et de sollicitude est fondamental.

Ce type de relations de confiance mutuelle permet aux enseignants de connaître leurs élèves et de proposer des interventions éducatives basées sur leurs intérêts et besoins. L’enseignant peut ainsi se poser quelques questions afin d’élaborer son intervention :

  • Comment puis-je utiliser la matière que j’enseigne pour répondre aux besoins de chacun de mes élèves ?
  • Comment puis-je les aider à développer leur intelligence, tant académique qu’émotionnelle ?
  • Que puis-je faire pour réussir à établir des liens avec la majorité de mes élèves ?
  • Comment puis-je contribuer à leur faire comprendre l’importance de prendre soin de soi-même, des autres êtres humains et du monde ?

L’enseignement qui se base sur l’éthique de la sollicitude se développe dans le cadre de la Dignité humaine, instaurant un sentiment profond de satisfaction chez les élèves et chez les enseignants. Dans ce contexte, la réussite académique sans l’affection positive est morale et esthétiquement vide, sans sens.

Educational-Excellence - Excelencia-EducativaDans les écoles d’aujourd’hui, on se préoccupe tellement d’atteindre les objectifs du programme qu’il est facile d’oublier les sujets qui préoccupent réellement les élèves et qui sont liés au sens authentique de l’éducation : donner et recevoir de la sollicitude, avec en conséquence un plus grand bien-être.

Pour cette raison, les enseignants, en plus d’instruire leurs élèves avec des connaissances académiques, doivent développer des relations interpersonnelles qui vont enrichir tout le monde avec de nouvelles façons d’interprêter la réalité, avec des nouvelles valeurs et attitudes, et avec de la qualité dans les comportements et dans les relations qui s’établissent entre tous les membres de la communauté éducative.

Le rôle des enseignants

Suivant cette approche de l’éducation, les enseignants devraient élargir leurs compétences et se recycler dans des sujets pour lesquels nous savons tous qu’ils ne sont pas préparés, leurs cursus universitaires comportant beaucoup de lacunes.

Un des problèmes que l’on rencontre est le manque de motivation et de reconnaissance sociale des enseignants. Cette réalité contribue à ce que beaucoup de professeurs souffrent de symptomes de burn-out. Peu importe ce qu’ils font, les élèves ne valorisent pas leurs efforts, ni ne les perçoivent comme des actions de sollicitude à leur égard. En effet, nos recherches confirment que les élèves n’ont pas confiance en leurs professeurs. S’il existe dès le départ un manque de confiance, comment peut-on établir des relations de sollicitude ?

D’autre part, la communauté éducative est trop occupée à atteindre les objectifs du programme. De même, on ne crée aucune opportunité pour réaliser des feedbacks, pourtant nécessaires car permettant de renforcer les attitudes et activités des enseignants. En ce sens, le système gèle tout progrès ou innovation.

Le rôle des élèves

En plus du corps enseignant et de l’organisation éducative, les élèves jouent également un rôle important dans la promotion de la sollicitude comme valeur humaine. Bien que les élèves dans ce cas sont les destinataires de la sollicitude, ils ont tout de même une responsabilité dans cette relation. Concrètement, ils devraient faire preuve de sollicitude envers les enseignants et les traiter avec le respect et la confiance qu’ils méritent étant donné que leur travail consiste à se consacrer au développement intégral des élèves. De cette manière, les relations se développent en étant basées sur de l’estime ainsi qu’avec une entière disposition à aider et favoriser la “convivencia” (vivre ensemble en harmonie).

Si nous réfléchissons en dehors du cadre limitant des programmes, dans une école nous avons beaucoup d’opportunités pour éduquer et créer une conscience collective à la recherche du bien commun. Je me réfère à l’opportunité d’inclure des activités en relation avec les fonctions développées par l’ensemble des personnes travaillant dans l’école. Avec les professeurs bien sûr, mais aussi avec le personnel d’entretien, de nettoyage, de cuisine, d’administration, de sécurité, des jardins (dans un post précédent, nous avons déjà abordé l’importance de la nature), etc. Avec ce type d’activités, en plus de leur formation académique, les élèves développent leur sentiment d’appartenance à l’école, ils se connectent avec tout ce qui et tous ceux avec qui ils vivent. Ils développent ainsi l’empathie, la responsabilité et au final la sollicitude envers les personnes et envers le monde.

Sous cet angle, élèves et professeurs pourraient reconnaître que la collaboration de tous est nécessaire pour le développement des tâches les plus élémentaires. Cette graine peut commencer à germer en classe et croître jusqu’à ce qu’ils identifient l’humanité toute entière comme les personnes qui les entourent, et la planète comme le monde dans lequel ils vivent. C’est donc une approche parfaite pour développer “des attitudes prédictives et des cultures préventives contre la violence, vers une citoyenneté mondiale humanisée”.

Auteur: Dr. Gonzalo Torquemada

Add Comment